Magasinage du printemps à Laval

le 2023-03-01

Mélissa Proulx

Bachelière en lettres françaises à l'Université d'Ottawa et diplômée en journalisme, Mélissa Proulx vit de sa plume depuis près de 20 ans. Après ses débuts à Voir pendant huit ans (comme rédactrice en chef à Gatineau-Ottawa et chef de section Art de vivre à Montréal), elle poursuit sa carrière comme journaliste indépendante depuis 2012. Maman de deux garçons, cette touche-à-tout aime particulièrement partager ses rencontres et ses découvertes dans les domaines de la gastronomie, de l'activité physique, de la santé, de la famille et des arts de la scène.

Chaque printemps, c'est la même chose. Les arbres renaissent, s'étirent de toutes leurs branches et revêtent leurs plus beaux atours. Pendant ce temps, une douce fièvre m'enivre. Moi aussi, je veux tendre les bras vers le ciel, arborer les couleurs soleil, les tissus légers et des souliers clinquants !

Refaire sa garde-robe pour la nouvelle saison

Cette année ne fait pas exception, même que la fièvre n'a jamais été aussi forte. De retour d'un congé de maternité pendant lequel j'ai usé toutes les variantes de mou de mon placard, Maman a besoin de se rosir les joues et de se faire belle. J'ai donc pris ma résolution printanière à bras le corps et j'ai contacté une styliste  Notre mission : garnir ma garde-robe de quelques variantes d'un look professionnel printemps-été. Notre budget : 500 $.

Magasiner avec une styliste, un choix judicieux

Avant notre rencontre, la styliste me fait parvenir un questionnaire sur mon profil, mes goûts et habitudes. Mon style ? Classique, avec un penchant pour le romantique et le bohème. Quel type de magasineuse ? Du genre à savoir où aller (Laval regorge de boutiques remplies de promesses), mais une fois sur place, ne plus savoir où donner de la tête, étourdie par les vitrines alléchantes et le trop-plein d'idées.  En bonne styliste avisée, Hélène me donne rendez-vous à CF Carrefour Laval, haut lieu du magasinage dans la région métropolitaine avec ses quelque 300 commerces.

Trouver les bases d'une nouvelle garde-robe

Après l'analyse de ma silhouette en sablier et de mes besoins réels, nous partons à la recherche d'un pantalon habillé, d'un veston et de deux hauts coordonnés.

Virée magasinage - pantalon

Trois boutiques plus tard, je trouve non pas un, mais deux pantalons au confort inégalé chez Tristan (l'un de couleur charcoal toute saison, et l'autre, gris pâle).

Entretemps, je jette mon dévolu sur une camisole fluide ultra légère bleu capitaine et sur une élégante blouse en mousseline à manches trois-quarts chez RW&CO.

Puis, malgré toutes mes réticences de jeune maman (bonjour doigts de bébé qui tachent !), j'achète un ravissant veston blanc cassé avec fermetures éclair décoratives.

Virée magasinage - veston

Dernier arrêt obligatoire, chez Matt & Nat, cette fabuleuse marque de sacs végétaliens. Mon budget est à sec, mais à l'approche de mon anniversaire, mon amoureux m'offre le sac à main de mon choix. J'opte pour le polyvalent sac cartable Kintla de couleur chamois de la collection vintage. Un complément parfait à ma nouvelle garde-robe, me confirme ma styliste perso.

Mon temps de consultation est écoulé, mais les conseils d'Hélène résonneront encore dans ma tête lorsque, quelques jours plus tard, je me procurerai un haut de couleur menthe (les couleurs sont un must de la saison !) chez Simons et de jolis escarpins à motif au La Baie du Centre Laval.

Virée magasinage - camisole fluide

De mon expérience, je retiens qu'il vaut mieux investir dans de la qualité pour les pièces de base tels que les vestons et pantalons, puis se laisser aller aux coups de cœur de tout acabit pour les hauts et les bijoux. En suivant quelques règles d'entretien de base, ils resteront comme neufs toute la saison, promet la styliste. Autre leçon: pour dompter la bête de shopping indisciplinée que je suis, il n'y a rien comme faire des listes de ses besoins et objectifs avant de partir à la chasse aux trouvailles mode.

Hem, je sens déjà germer les éléments de ma prochaine liste !

Quelques astuces écolos...

« Les étiquettes de vêtements ça va au bac ? 🤔 Avouez que c’est le genre de question que l’on se demande tous 😉 Souvent elle sont agrafées, attachées ou même cousues aux vêtements. L’étiquette de carton entre dans la catégorie des imprimés. Donc elle est acceptée dans votre bac de récupération ✅ Le carton est recyclable et recyclé ici au Québec. Attention ‼️Les attaches de plastique, les fils et les cordes qui servent à fixer les étiquettes, ça ne va pas dans votre bac de récupération ❌ Ça va dans votre poubelle à la maison. »
- Ville de Laval

#lavalcmaintenant

Partager cet article

Facebook Twitter Google+ Email

À DÉCOUVRIR

Vous devriez aimer

Admirer les couleurs d'automne à Laval

L’automne est à nos portes et c'est l'occasion de profiter de belles journées à ...

En savoir plus

Lise Dion – Chu rendue là

En savoir plus

Neko Communication

Entreprise spécialisée communication marketing

Fournisseur - Événements d’affaires

En savoir plus