Médias

Voir tous les communiqués de presse

Exposition Merveilles célestes, Fruits de la résidence de recherche création à l'Observatoire du Mont-Mégantic

2019-10-24 - Cosmodôme

Laval, le jeudi 24 octobre 2019. L’exposition Merveilles célestes, Fruits de la résidence de recherche création à l'Observatoire du Mont-Mégantic des artistes Bettina Forget et Yann Pocreau, sera présentée au Cosmodôme, à Laval du 24 octobre 2019 au 19 janvier 2020.

À l’occasion du 40e anniversaire de l’Observatoire du Mont-Mégantic, le Centre d’exposition de l’Université de Montréal a proposé une résidence d’artistes permettant aux chercheurs et aux divers professionnels de l’Université de Montréal d’être en contact avec des artistes visuels. En collaboration avec l’Université de Montréal et l’Université Laval, cette résidence a permis à Forget et Pocreau d’approfondir leur recherche : La reconnaissance de l’apport des astrophysiciennes dans la discipline pour Forget et le travail esthétique de Pocreau sur la lumière au cœur de sa pratique depuis quinze ans. Surtout, cette résidence a permis aux artistes d’explorer de nouvelles avenues, des lieux, des technologies et d’initier des échanges avec des chercheurs.

Dans l’ensemble, cette exposition tient plus de l’installation que de l’évènement de diffusion. Elle comporte des traces de recherches, des artéfacts trouvés au sein de l’UdeM qui ont été le moteur de réflexions, des œuvres en cours d’élaboration et d’autres finales. Il s’agit de la première exposition d’art contemporain présenté au Cosmodôme.

L’exposition est présentée au Cosmodôme grâce à la participation financière de la Ville de Laval et du Ministère des affaires municipales et de l’habitation.

Le Cosmodôme est situé au 2150, autoroute des Laurentides à Laval, H7T 2T8.

                                                                      -  30    -

Pour plus d’informations :
Marie-Michèle Limoges
m-m.limoges@cosmodome.org
450-978-3600 poste 3620

 

Annexe

Les artistes


Bettina Forget est artiste visuelle, galeriste, éducatrice en art et chercheuse. Elle vit et travaille à Montréal. Née en Allemagne, elle a étudié à la Central St-Martins School of Art de Londres, à l’Université Curtin de Perth, en Australie, et à l’Académie des beaux-arts de Nanyang, à Singapour. Elle poursuit actuellement un doctorat en éducation artistique à l’Université Concordia. Son projet de recherche aborde la convergence de l’art et de la science et la façon dont les femmes et les filles peuvent s’intéresser aux sciences, à la technologie, à l’ingénierie et aux mathématiques à travers l’art.

Le travail créatif de Bettina Forget prend sa source dans les sciences de l’espace, inspiré par son engagement avide avec l’astronomie amateur. Ses œuvres traitent d’astronomie, de science-fiction et de questions féministes. Elle a exposé ses œuvres aux États-Unis, au Canada, en Allemagne, en Islande, à Singapour et au Nicaragua. L’artiste est propriétaire et directrice de la galerie Visual Voice, qui présente des expositions d’art contemporain créant un dialogue entre l’art et la science.

Depuis 2016, Bettina Forget est chercheuse en art-science pour le programme d’artistes en résidence de l’Institut SETI. À ce titre, elle s’intéresse à la transposition d’idées issues de collaborations entre artistes et scientifiques, et explore différents modes de connaissance.

Yann Pocreau est né à Québec et il vit et travaille à Montréal. Par la photographie, il s’intéresse aux fortes présences du lieu et du sujet, à leur intime cohabitation. Dans ses recherches récentes, il étudie la lumière comme sujet vivant et l’effet de celle-ci sur la trame narrative des images. Il a participé à plusieurs expositions canadiennes, américaines et européennes, notamment Québec Gold, présentée à Reims (France) ; Exercices d’empathie, à l’Espace Bortier de Bruxelles ; le Mois de la photo à Montréal en 2011 ; Under the Radar: The New Visionaries, Paperwork et 1:3 Light à New York ; L’image rôde au Fresnoy, en France, en 2014 (Louise Déry commissaire) ; et à la 5e Biennale de Sinope, en Turquie.

Son travail a été commenté dans divers magazines et ses œuvres sont présentes dans les collections de la Banque Nationale du Canada, d’Hydro-Québec, de Desjardins, de Deloitte à Toronto, de la Ville de Montréal, de la Ville de Longueuil, du Musée d’art contemporain de Montréal, du Musée des beaux-arts de Montréal, du Musée d’art de Joliette, dans la collection Prêt d’œuvres d’art du Musée national des beaux-arts du Québec. Il a été jusqu’en 2014 coordonnateur général du Centre d’art et de diffusion CLARK. Il est représenté par la Galerie Simon Blais à Montréal.

Le Cosmodôme en bref

Inauguré en 1994, le Cosmodôme de Laval est la seule institution au Canada entièrement consacrée à la diffusion élargie des sciences de l’espace.

Grâce à ses trois missions virtuelles interactives inaugurées en 2012, le Cosmodôme se positionne comme « ludo-éducateur » de l’espace, qui propose l’éveil aux plaisirs de la science du Cosmos grâce à une approche basée sur les piliers expérientiels suivants : regarder, écouter, participer et vivre. Cette approche favorise l’appel aux sens et aux émotions afin de mobiliser l’attention intuitive et l’apprentissage dans un environnement immersif.
 

Fort d’une fréquentation annuelle de plus de 140 000 visiteurs, le Cosmodôme est une destination pour l’ensemble des familles canadiennes et rejoint aussi les clientèles scolaires de toutes les provinces canadiennes, des États-Unis, de l’Europe et de l’Asie.

Le Cosmodôme est reconnu comme l’intervenant régional majeur en culture scientifique et en récréotourisme. Il fait partie des équipements à caractère métropolitain de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) au même titre, par exemple, que le Jardin botanique de Montréal, apportant ainsi une notoriété pancanadienne à la Ville de Laval et à la métropole.